LA DIRECTION DE NEXTER PRÉSENTE LES MESURES « SOCIALES »

La Direction présente les mesures « sociales » en s’appuyant sur les ordonnances de la loi d’urgence.

 

Les délégués centraux des trois organisations syndicales représentatives étaient convoqués vendredi 3 avril, pour une réunion sur les « mesures d’accompagnement économiques et sociales » liées à la crise COVID 19.

Dans son cadrage, la Direction annonçait:
« imaginer toutes les solutions,…, en rattrapant tout ou partie du retard accumulé. »
« mobiliser, dans la concertation, tous les dispositifs issus des nouvelles ordonnances,…, dans le cadre de la loi d’urgence Covid-19. »

En préalable également, la Direction confirmait le maintien des rémunérations jusqu’au 31 mars, ce que la CGT a salué.

Dans une déclaration, nous* avions également posé les principes que nous voulions voir pris en compte lors de la discussion :
– Mise en sécurité maximum des salariés par le maintien à domicile, télétravail ou quand ce n’est pas possible suspension d’activité,
– Maintien de 100% de la rémunération pour tous,
– Mesures à prendre identiques pour tous (solidarité)
– Pas de dégradation des conditions de travail futures (pas de prélèvement sur les congés)

Il ne vous avait pas échappé que les ordonnances de la loi d’urgence ouvrent des possibilités immenses aux employeurs, via un accord d’entreprise ou non, pour imposer jusqu’à 6 jours de congés, modifier les dates de fermetures, imposer des jours de RTT y compris ceux dans les CET, jusqu’à 10 jours au total.

Dans son préambule, la Direction comptant sur le dialogue social pour « trouver, une fois encore, le juste équilibre entre nos impératifs économiques et nos préoccupations sociales. »
C’était bien dans cet esprit que nous* abordions cette réunion.

La Direction a d’abord présenté les mesures qu’elle juge « non négociables » :
– La participation et l’intéressement seront versés en juillet au lieu de mai, et suppression de l’abondement en cas de versement sur le PERCOL ou le PEE
– La part variable des cadres en juin au lieu d’avril
– La négociation salariale confirmée sur la dernière proposition (3,3% en global), mais versée en octobre
Réduction de moitié du budget de formation

Ces premières mesures faisant suite à l’annulation du budget 2020, qui doit être entièrement reconstruit, intégrant bien sûr des réductions sur les investissements, la RDI, les dépenses de fonctionnement,…. Intégrant également les commandes différées, le plan de production qui ne sera pas tenu, les réductions des commandes de l’état sur le MCO en particulier.

A partir de mardi 7 avril, nous sommes conviés à une négociation quotidienne sur les autres mesures que la Direction veut prendre. On parlera alors, prises de congés et de RTT imposées, repositionnement RTT employeur, activité partielle, modulation du temps de travail.
Donc, toutes les possibilités qu’offrent les ordonnances, et un accord de branche qui doit être conclu incessamment.
Il nous faudra plus de précision sur les impacts économiques de la crise pour Nexter, pour se positionner en connaissance de causes.

Une réflexion est venue en débat : l’utilisation d’un ou 2 jours de RTT versés dans le CET. La CGT ne s’est pas opposée à l’idée, mais la conditionne à ce que ce soit une mesure appliquée à tous, qui financerait le maintien de la rémunération des personnels sans activité, et une prime pour ceux qui sont maintenus sur sites. L’assouplissement des conditions pour le versement de la prime PEPA, et son déplafonnement à 2000 € laisse cette possibilité.

La CGT est excessivement réservée sur la prise de congés imposée. En effet, la montée en cadence de la production à Roanne est fortement perturbée, et il ne peut être question de rattraper le temps perdu du moins intégralement. Nous avons rappelé l’état de fatigue des salariés qui ont relevé le défi de la production fin 2019. C’est pourquoi nous nous opposons à une intensification supplémentaire du travail, les congés seront plus que jamais nécessaires.
Nous ferons des propositions, et vous tiendrons informés sur l’évolution des négociations

* : Régis Dupuy de Bourges, Eric Brune de Satory Le 03 avril 2020

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *