Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences

Dans le processus de la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences, après la commission économique de janvier et les commissions locales, le CSEC était convoqué mercredi 16 février pour faire le bilan de 2021 et examiner les prévisions 2022 en termes d’emplois et de formation. La Direction a également présenté le planning de déploiement d’InForLN, et ses conséquences sur les congés d’été pour toute une partie des salariés.

L’emploi et les Compétences :

2021 aura été la 4ème année de forte croissance des effectifs. 248 postes en CDI supplémentaires, mais assez éloignée de la cible budgétaire fixée à + 342 CDI. L’écart théorique s’explique par 23 arrivées le 3 janvier, donc comptabilisées en 2022, et environ 50 postes volontairement repoussés sur cette année. Cela représente 444 recrutements en CDI (dont 2/3 de cadres), 615 recrutements en comptant 49 CDD et 122 CAQ. 197 départs ont été enregistrés en 2021, dont 97 retraites, et 53 démissions. 1841 recrutements CDI ont été réalisés en 4 ans. Toutes les directions embauchent, DIS, DO et DSP en tête. La communauté des experts est en hausse d’effectif : 152 experts de niveau 2 à 4, et 153 spécialistes (niveau 1), soit 18 nouveaux experts en 2021. 25 d’entre eux ont plus de 60 ans. La Direction réalise un suivi spécifique pour ceux-là.
2022 sera l’année d’un début de stabilisation des effectifs, avec 84 CDI en plus sur l’UES, dont + 60 à DO, et + 20 à DSC, mais moins 22 à munitions. Compte tenu du nombre de départs estimés de l’ordre de 200 (dont 90 à 100 retraites), c’est 280 recrutements CDI qui sont prévus sur l’année.
Au-delà de cette vision quantitative, nous nous interrogeons sur l’aspect qualitatif.
Dans les présentations qui nous sont faites, il manque le détail des charges pilotées (prestations intellectuelles). Sur le plan de charge de DIS particulièrement, ou sur l’ensemble du groupe, c’est quelques 180 000 heures de prestation au total, dont on ne connait pas le contenu. Nous ne savons pas sur quels métiers, ni sur quels projets la direction des études a fait le choix d’externaliser la charge, mais le volume est très conséquent et mériterait un zoom de présentation. De même, pour DSP, 50 000 heures sont externalisées, sur Satory et Roanne essentiellement. Les principaux métiers de la direction sont des métiers de pilotage, qui sont au cœur de nos compétences. Comment justifier de ne pas garder l’intégralité de la maîtrise de nos programmes ?
Dans ce contexte de croissance des effectifs, se pose la question de l’intégration des nouveaux arrivants, et leur formation.

Développement des compétences, formation :

Les orientations de la formation sont maintenant définies dans l’accord GPEC conclu en 2021 pour 3 ans :
– Adéquation des compétences aux activités et métiers
– Renforcement des compétences transversales
– Evolution de carrière et développement des salariés
Dans les priorités du plan de Développement des Compétences 2022 on trouve les formations métier pour les nouveaux embauchés, et l’accompagnement dans les métiers émergents, principalement dans le numérique, la Cyber sécurité, les produits et services. Le développement des compétences en pilotage et management de projets sera également poursuivi, de même pour la maîtrise de l’anglais et
la connaissance des produits.
Ce sont 4,8% de la masse salariale qui seront consacrés à la formation cette année, dont 0,6% pour la seule formation des nouveaux arrivants. A cette enveloppe s’ajoute 0,4% de la masse salariale dédié aux formations liées au changement d’ERP. Au total, 12 M€ sont budgétés en 2022, en augmentation par rapport à 2021.
Nous saluons l’effort de formation, indispensable quand on le met en rapport de l’augmentation des effectifs et l’arrivée de nombreux produits nouveaux. La formation est un investissement pour préparer l’avenir, nous souhaitons que l’entreprise poursuive cet effort sur les 3 ans à venir.

Présentation du changement d’ERP :

Le basculement de BaaN vers InForLN, qui devait initialement se faire en fin d’année 2021, se déroulera finalement en août, après un long processus de préparation et formation des utilisateurs.
L’élaboration et la construction du projet de migration a débuté en octobre et est encore en cours. Sans rentrer dans le processus très technique, de nombreux test sont prévus avant de déclencher la migration proprement dite, qui doit débuter fin juillet avec la fermeture progressive de l’outil actuel. D’ici là, il y aura la préparation des données en vue du basculement, où 1700 utilisateurs BaaN seront sollicités pour « nettoyer » les données. 90 utilisateurs « clés » participeront aux tests d’acceptation de la solution, entre mai et juillet.
En parallèle, les autres utilisateurs seront formés par les « utilisateurs clés » en juin et juillet. 1700 utilisateurs seront formés sur des modules adaptés et définis par métier. Des formations de 2 jours en moyenne, seront dispensées par les « utilisateurs clés ». Comme écrit plus haut, ces formations représentent 0,4% de la masse salariale, sur budget spécifique, hors plan de formation.
La bascule mobilisera environ 35 personnes durant 3 semaines pour la migration et la conversion des données. Du 25 juillet au 7 août, copies des données et contrôles, fermeture progressive de BaaN. Le 9 août, démarrage du nouvel outil, pour une marche normale prévue le 16 août, date de reprise de l’activité après la fermeture estivale obligatoire.
Ce projet d’ampleur mobilise et va mobiliser un grand nombre de salariés, avec des conséquences fortes sur la période de congés. Déjà, les Directions, de production et supply chain, ont imposé la prise d’une troisième semaine accolée à la quinzaine de fermeture obligatoire (avant ou après). Si nous comprenons que le chantier soit vaste et complexe, aucune solution n’a été recherchée pour ne pas impacter la prise de congés des salariés, et pour rester dans la période de fermeture définie en janvier, en concertation avec les organisations syndicales. Le planning initial prévoyait une bascule sur la fermeture hivernale 2021-2022 d’une semaine. Le nouveau planning étale la migration sur 3 semaines. Nous pensons qu’une recherche d’optimisation du délai aurait dû être faite. Une fois de plus, c’est aux salariés que l’entreprise fait porter les conséquences de ses choix.
Du 29 juillet au 16 août, c’est-à-dire durant la fermeture, jusqu’à 58 personnes travailleront à cette migration, avec des travaux prévus le week-end du 6 et 7 août (43 personnes le dimanche 7). Sur la base du volontariat, les personnes travailleront soit sur leur centre d’origine, soit sur le centre de Roanne si c’est indispensable, soit en télétravail quand ce sera possible.
Prochainement, une réunion en centrale se tiendra pour préciser les modalités de la présence de ces salariés sur la période.

 

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.