Réunion avec les conseillers de la ministre et retour sur le Conseil d’Administration

Compte rendu de la réunion du 5 janvier auprès du conseiller industriel de la ministre des armées et Conseil d’Administration du 8 janvier

Suite aux annonces de fin décembre concernant les changements à la Direction du groupe KNDS et à celle de Nexter, les trois organisations syndicales représentatives ont été reçues mardi 5 janvier par le conseiller pour les affaires industrielles du Ministère des armées. L’occasion de demander des éclaircissements sur la position de l’état dans cette nouvelle organisation, et les garanties quant aux intérêts de la France et des salariés de Nexter.

Gouvernance de NEXTER :

Nous nous étions étonnés que la nouvelle gouvernance présentée en décembre le soit sans la désignation d’un Directeur Général pour Nexter. Le conseiller l’explique en disant que suite à la décision de Mr Mayer de ne pas postuler au poste, le temps a manqué pour trouver un candidat ayant le bon profil, d’autant qu’en interne, aucune personne ne cochait toutes les cases ! Le nom du futur DG est connu, venant de l’extérieur, espérons une annonce très prochainement. Un DG par intérim a été désigné au conseil d’administration du 8 janvier.
Un tel manque d’anticipation est tout de même surprenant, surtout que côté allemand, la nouvelle Direction a été connue dès le 16 décembre. Ce manque de stabilité pose problème : après le départ du PDG ayant préparé et construit l’alliance (projet « KANT » en 2015), le premier PDG Nexter sous l’ère KNDS quitte l’entreprise. Quel sera le poids réel du futur DG, nouvel arrivant, face à l’historique F. Haun, et sa connaissance du groupe ?

Gouvernance de KNDS :

La question des critères qui ont conduits au choix du nouveau DG de KNDS était posée. Pour le Ministère, les deux CEO’s ont « fait campagne ». Pour l’ensemble des actionnaires (l’état français, et la famille Bode), la Direction à deux têtes n’a pas permis d’avancer dans le rapprochement. La décision de n’avoir qu’une seule personne pour exécuter la stratégie du groupe a été prise. De plus, le poste devait être pourvu en interne, pour une meilleure connaissance des deux sociétés. Les actionnaires ont choisis F. Haun pour sa meilleure connaissance d’entreprise, et ses qualités dans l’approche commerciale. Il sera président du Conseil d’Administration de Nexter et du Conseil de Surveillance de KMW, pour avoir la vision des deux entreprise en direct. Pour le conseiller, M. Haun est convaincu de l’intérêt commun du développement des deux sociétés, gage selon lui de sa neutralité.
L’action spécifique détenue par l’état sur les armes et les munitions reste d’actualité dans la nouvelle configuration, et doit conforter la stratégie qui place NEXTER comme le munitionnaire et armurier de KNDS, notamment pour le programme MGCS. Rappelons tout de même que cette action spécifique n’avait pas empêché le projet de vente des traitements thermiques et de surface de Tulle en 2017, qui sans la lutte des salariés soutenus par la CGT, aurait privé Nexter d’un outil indispensable à la réalisation des tubes d’armes de moyen calibre, sans que l’état n’intervienne.
Pour ce qui est de MGCS, le ministère confirme que le découpage de responsabilités est de placer la mobilité en Allemagne.
Le pacte d’actionnaire reste stable, inchangé. S’il y a évolution, c’est que les 2 actionnaires en sont d’accord, ce scénario n’étant pas d’actualité.

La Direction des munitions :

Le gouvernement fédéral allemand vient de passer une commande de munitions de char de 556 millions d’euros à Rheinmetall. Si le soutien du gouvernement de Berlin au munitionnaire allemand devait être du même ordre sur l’artillerie du MGCS, cela irait contre les intérêts de KNDS en général mais surtout de Nexter. Interrogé sur le sujet, le conseiller répond en disant que l’état à soutenu la filière française en 2020, avec une commande de munitions d’artillerie pour Nexter et surtout EURENCO. Il répète que le découpage du projet MGCS est à 50/50 France-Allemagne, et que l’état soutiendra la position de Nexter Munitions face à un munitionnaire extérieur à KNDS.
A cela, il ajoute deux remarques. Nexter doit livrer dans le niveau de qualité attendu, en respectant les délais et Nexter doit restructurer sa force commerciale, pour se dégager de la situation de mono-client (jusqu’à 80% du chiffre d’affaire avec un seul client du moyen orient), dans un contexte géopolitique qui place les licences d’exportation au centre des enjeux d’atteinte des objectifs commerciaux.
Nous avons bien sûr répondu que la CGT dénonce depuis des années cette position de dépendance vis-à-vis des pétromonarchies du golfe. Quant au soutien à l’entreprise dont se prévaut le conseiller, nous avons rappelé que pour ce qui était des munitions, la DGA suspendait le financement de développement de KATANA, alors que ce projet est un saut technologie qu’il faut franchir si Nexter et l’état veulent disposer d’une munition guidée de nouvelle génération, au moment où nos concurrents sont très présents sur le secteur.

En conclusion :

Le Ministère se veut rassurant sur l’avenir de l’équilibre franco-allemand dans le groupe. Il a participé à l’évolution de la gouvernance de KNDS et Nexter, en assurant que les intérêts de la France seraient préservés, dont acte. Si la situation à court terme n’est pas inquiétante avec des carnets de commandes bien remplis, les quatre années à venir, avec une Direction allemande, seront déterminantes dans la répartition des crédits d’étude, des investissements, et la conduite des programmes structurants, dans le domaine véhicules mais aussi dans celui des armes et des munitions.
La CGT compte bien être très attentive aux décisions qui seront prises, afin de veiller à ce que la Direction et le Ministère respectent leur engagement de garantir une juste répartition des affaires entre KMW et Nexter, et ne pas laisser déséquilibrer le rôle et le domaine de compétences d’études et industrielles entre les deux pays. Il en va de l’avenir de l’armement terrestre en France, et de celui de ses travailleurs.

Le conseil d’administration NEXTER du 8 janvier a entériné les décisions prises par les actionnaires fin décembre. Un Président allemand, un Directeur Général par intérim : quelles conséquences pour la marche de l’entreprise ?
Compte rendu de l’administrateur CGT représentant des salariés.

La situation issue du conseil d’administration est bien entendue sans surprise par rapport aux annonces de fin d’année. Une période transitoire s’annonce, sans qu’on en connaisse la durée.
Le premier impact, est le report du Comité Social et Economique Central sur la stratégie, prévu initialement le 13 janvier, et reporté au premier trimestre. Si nous comprenons que le futur Directeur Général doit avoir le temps de s’imprégner de la logique qui guide la construction de la stratégie, ce report retardera d’autant l’expertise que compte demandé le CSEC, pour avoir un avis éclairé sur la question. La commission économique elle est maintenue au 14 janvier.
On ne peut que souhaiter qu’une Direction pérenne soit très rapidement trouvée, pour mettre fin à cette situation d’attente, dommageable pour Nexter dans cette période où la tenue de nos engagements nécessite de la réactivité dans les prises de décision, et peut-être vue à l’extérieur comme une faiblesse.

Déroulement de ces conseils :

Le CA Nexter a été convoqué le 8 janvier pour deux séances entrecoupées par une assemblée générale des actionnaires.
La première séance de CA avait pour but de proposer à l’assemblée générale de modifier la composition du Conseil d’administration Nexter afin de décliner la nouvelle gouvernance mise en place au niveau de KNDS.
En l’absence de Mr Mayer, cette séance a été présidée par Mr Million. L’objet principal de ce CA était de présenter, à l’Assemblée Générale des Actionnaires du groupe, les nominations en tant qu’administrateurs de :
-Mr HAUN (DG de KNDS) ;
-Mme De Graff-Hill (Ancienne Managing Director de KNDS) ;
– Mr Ketzel (Directeur des contrats KMW).
Ces nouveaux administrateurs remplaçant Mr Mayer, Mme Roux et Mr Benetti, ces deux derniers étant démissionnaires.
A ce jour le CA Nexter est composé d’administrateurs désignés par la Direction :
Mr Haun (DG KNDS);
Mr Ketzel (DG KMW);
Mme.De Graff-Hill (Managing Diretor de KNDS)
Mr Grisnigt (Corporate developement KNDS)
Mr Million (Directeur Financier et DG Nexter par interim
Mme Tourres(Directrice Juridique Nexter) ;
Mme Chone (Stratégie Nexter)
Auxquels il faut ajouter les 3 administrateurs représentant les salariés à savoir :
1 CFE-CGC; 1 CFDT ; 1 CGT.
Ce conseil a été l’occasion pour Mr Million de faire un retour sur l’année 2020.
Sans donner les chiffres comptables qui devront, avant communication, être validés par les commissaires au compte, 2020 devrait être la meilleure année depuis 1993 (signature du contrat Leclerc EAU) concernant le montant des prises de commande au niveau du groupe. Cette augmentation de prise de commandes a également profité à la Direction des Munitions qui voit celles-ci fortement augmenter, après une année relativement décevante.
Ces bons chiffres devraient donc profiter aux salariés du groupe au travers de la prime d’intéressement bien que le résultat opérationnel, impacté par les mesures dictées par la crise « Covid », devrait être en retrait (en pourcentage) par rapport aux années précédentes. Ce dernier point impactant directement le niveau de la participation distribuée.
La deuxième séance de CA s’est déroulée à l’issue de l’assemblée Générale des actionnaires, convoquée dans la foulée du premier CA. A cette séance participaient les nouveaux administrateurs nommés.
Après avoir entériné le départ de Mr Mayer de son poste de PDG, il a été voté la séparation du poste de Président du Conseil d’Administration de Nexter de celui de Directeur Général du groupe.
A la suite de ce vote, F.Haun a été désigné comme président du Conseil d’Administration de Nexter et Mr Million a été désigné Directeur Général de Nexter par intérim.
A l’issue de ces deux nominations Mr Haun a pris la parole pour répondre aux questions des administrateurs représentants du personnel.
Il a rappelé le chemin réalisé depuis 2006 début des négociations pour le rapprochement des deux sociétés puis l’accord de 2015 marquant la création de KNDS. Aujourd’hui KNDS c’est 10 Mds d’euros de contrats en carnet soit environ 5 ans de visibilité pour les deux sociétés la composant.
Les prochaines années vont être consacrées à augmenter notre faculté à travailler ensemble, et ce, tout en assurant les productions des contrats en cours chez Nexter comme chez KMW.


De cette faculté d’intégration, découlera notre positionnement en tant que leader européen de l’armement terrestre.
Profitant de cette volonté, affichée, de travailler ensemble, l’administrateur CGT, a demandé à Mr Haun, s’il était prévu de profiter du savoir présent dans les filliales du groupe Nexter, en prenant l’exemple du E-MBT où, dans le cadre du « prospect Pologne », l’étude du système de protection NBC pourrait échapper à NBC Sys au profit d’une société extérieure à KNDS. A plus long terme, la même problématique va se poser concernant l’armement principal du MGCS où, dans ce cas, le concurrent direct de Nexter Systems (Rheinmetal), a déjà réussi à intégrer le programme. Du choix du fournisseur du système d’arme, dépend étroitement le type de munitions pouvant être livrées avec les matériels. Il va donc de soi, que si KNDS (via Nexter) n’était pas retenu pour la fourniture de l’armement principal, la filiale Munitions du groupe se verrait privée d’un marché conséquent….
A ces différents points, Mr Haun a précisé que si NBC Sys était capable de proposer une solution technique, dans le cadre de la protection NBC de l’EMBT, celle-ci serait étudiée. Il va de soi que là encore, la plus grande vigilance sera de mise.
Pour le système d’armes du MGCS il est, pour lui, trop tôt pour savoir à qui reviendra cet équipement.
En conclusion de ce premier CA de la nouvelle gouvernance, Mr Haun a montré la volonté de travailler dans la continuité tout en augmentant les synergies sur les programmes KNDS. Il nous faudra toutefois veiller à ce que, lors de la réalisation de ces nouveaux programmes, les savoir-faire présents chez Nexter et ses différentes filiales, soient systématiquement sollicités.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *